Vincent Veilleux dans l'effervescence du Paris Roubaix anglais

Daniel FERTIN

Depuis la boucle de l'Artois en France l'équipe britannique de Vincent Veilleux a retraversé la Manche pour se consacrer aux épreuves anglaises. D'abord en soirée le 8 avril un long critérium où un équipier du Québécois a terminé 3ème. Ensuite les Kinessis sont allés participer aux 4 étapes du Tour of Girvian en Ecosse où l'on peut facilement imaginer que le terrain n'était pas tout plat ! « J'avais de bonnes jambes mais malheureusement sur la dernière étape une chute a jeté au sol 25 coureurs, dont notre leader » regrette Vincent, en ajoutant que le retard dû à la chute a fait perdre la place au général du meneur de l'équipe.

Maintenant, et depuis quelques jours, c'est tout le cyclisme anglais qui est en émoi en attendant une des dates phares du calendrier l'east Midlands classic. « Tous les gars dans l'équipe en parlent depuis des jours et pour eux c'est très important, ils disent tous que si c'est un Anglais qui gagne, il ne paiera plus sa bière pendant plusieurs années » analyse Vincent qui cependant prendra le départ de cette course 1.2 sans pression particulière.

L'ambition de l'équipe sera de placer sur le podium, et le plus haut possible, le meneur Steve Lampier. L'Anglais est motivé et habite à quelques kilomètres de la course. Vincent sera chargé d'aider Steeve le plus longtemps possible sur un parcours où les équipes peuvent subir beaucoup d'incidents comme les chutes ou les crevaisons. En effet, l'East Midlands International Cycle Classic, une épreuve qui relie deux villes distantes de 16 kilomètres, Rulton et Melton, se déroule sur 160 km dont 4 bosses du type Tour des Flandres et 11 secteurs pavés style Paris-Roubaix. Sur un tel parcours, pas d'étonnement que Magnus Backstedt, vainqueur à Roubaix sur le vélodrome, soit présenté comme l'un des principaux favoris de la course.

L'intégration de Vincent se passe très bien, il avoue que tous ses coéquipiers sont des amis et que « le plus dur a été de s'adapter à leur accent » !

Après la Midlands le calendrier de Vincent n'est pas clairement défini. Le GP Chass Messenger, puis une semaine après le Lincoln GP, deux courses du Premier Calendar ainsi que le Tour of Irland (2.2) sont au programme de la formation Kinessis mais à ce jour il ne sait pas encore s'il fera partie des 5 heureux élus. En cas de non sélection Vincent ira courir en Belgique avec d'autres équipiers ou pourrait retourner au pays afin de préparer au mieux le Tour de Beauce. « Une course très dure mais dans quelques semaines je devrais être correct » conclue celui qui semble avoir hâte de courir dans sa bonne ville de Québec.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?