Une course animée jusqu’au bout

Daniel FERTIN

Comme dans toutes les grandes épreuves du calendrier cycliste international, la dernière étape est synonyme de fête. La tradition est, bien évidemment, respectée au Tour de Beauce pour cette 6ème étape dans les rues de Saint-Georges.

Souvent, le résultat est acquis au départ, mais ce matin, sur le stationnement de la polyvalente de Saint-Georges, tout peut être encore remis en cause par les 2 Colombiens Darwin Atapuma et Sergio Luis Henao, que l’on a vu bien en condition depuis l’étape de Lac-Etchemin.

12 boucles de 10,8 km sont au programme avec, à chaque fois, une ascension de 1,3 km pour atteindre la ligne d’arrivée. Dès le premier tour, trois hommes s’échappent, avec déjà un Colombien de service, mais la tentative n’aura pas de suite. L’équipe du maillot jaune, l’Américain Scott Zwizanski (Kelly Benefit), surveille les opérations, tous les essais sont repris et ce sont surtout les abandons successifs qui sont égrainés par les ondes de radio-tour. A la fin de la 3ème boucle, c’est bien évidemment Darwin Atapuma (Colombia team) qui s’adjuge les points du premier GPM de la journée, il ajoute ainsi quelques pois à son maillot, pourtant déjà acquis.

La première réelle échappée sera à mettre sur le compte de 3 hommes bien décidés : Danilo Wyss (BMC Racing team), le vainqueur de la première étape, Alex Howes (Felt Holowesko Partners Garmin U23) et Darren Lill (Team Type 1). Cette fuite, partie au début du 4ème tour, résistera presque jusqu’à la fin du 5ème, Danilo Wyss passant en tête du 1er sprint de bonification devant Darren Lill et Alex Howes. Malgré un essai solitaire de Lill tout rentre dans l’ordre peu après.

La sélection se fait surtout par l’arrière quand, dans le 8ème tour, un groupe de 9 coureurs part. Situation bénigne, mais dans les 9, on note la présence du second et du troisième du général. Les Colombiens ont piégé le maillot jaune et l’ont relégué à 30 secondes. Il y a danger. Toute la troupe Kelly Benefit s’emploie à faire plier l’échappée et y réussit, à 3 tours de la fin.

Tout reste à faire et le seul intérêt de cette fin d’étape devient le bouquet de l’étape. Pendant deux tours, les attaques, collectives ou individuelles se succèdent, mais aucune ne parvient à réussir. A la cloche, il ne reste plus qu’un petit groupe capable de l’emporter. Ces quelques hommes vont se surveiller étroitement jusqu’à 5 kilomètres de l’arrivée. Un peu avant le virage à gauche annonçant la montée finale, deux hommes, Bjorn Selander (Trek Livestrong) et Bernard Sulzberger (Fly V Australia) jouent un coup de poker et abordent la montée avec 10 secondes d’avance. Ils accomplissent ensemble toute l’ascension et, en force, sous les premières et seules petites gouttes de pluie de la journée, se disputent la victoire. Au sprint c’est une nouvelle victoire en 2 jours pour l’équipe australienne avec Bernard Sulzberger, une formation décidément bien en vue en Beauce.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?