Martin Gilbert : « Il ne manque pas beaucoup »

Daniel FERTIN

Pour la seconde fois de la saison l'équipe Planet Energie a la possibilité de s'affronter à des coureurs du Pro-Tour et le moins que l'on puisse dire est que la formation dirigée par Steve Bauer joue parfaitement son rôle d'équipe invitée. Après les belles places de Martin Gilbert dans les sprints des deux premières étapes (2 victoires de Mark Cavendish), après la longue échappée de François Parisien qui, tout heureux d'avoir retrouvé la forme physique, s'était échappé, l'olympien de Châteaugay nous avoue que le moral de la « gang » est au beau fixe et que chacun à sa place effectue un super beau travail.

Hier, sur l'étape la plus difficile de ce Tour du Missouri, une étape avec tout de même 2000 mètres de dénivelé, les sprinters n'étaient initialement pas à la fête mais c'est tout de même l'un d'entre eux, le Norvégien Thor Hushovd, qui a décroché le bouquet en reléguant le quintuple vainqueur d'étape du Tour au 5ème rang. Cet échec du meilleur sprinter mondial actuel donne des espoirs à Martin Gilbert qui, sur cette étape, n'avait pas trop les jambes. Tout ceci explique donc que c'est son voisin de chambre Keven Lacombe qui a joué le rôle de sprinter au sein des verts.

Martin nous explique que la grosse différence avec les sprints des épreuves nord-américaines ne se trouve pas dans la vitesse. « Ça roule aussi vite sur la ligne chez-nous qu'avec des équipes Pro-tour », mais qu'avec les grosses écuries tout se prépare longtemps à l'avance. « Chaque équipe place ses gars bien avant la ligne et ne lâche rien ensuite. Nous on est capable d'être là aussi mais pour le moment on ne sait pas encore garder la meilleure position, il n'en manque pas beaucoup » analyse clairement le récent vainqueur des Mardis cyclistes de Lachine qui sait que ce léger manque de synchronisme pour partir au bon moment peut encore être travaillé avec chaque membre de l'équipe.

D'ailleurs, depuis le départ de Saint-Louis, plusieurs stratégies ont été mises en place suite au visionnage de l'étape sur internet selon le rapide ancien Champion du Canada espoir. On les a vus avec les meilleurs groupes, on a vu Keven faire un lead-out pour Martin, mais aussi Keven le remplacer au dernier moment. « Mais qu'importe les stratégies, on sait maintenant que c'est par devant qu'il faut être si on veut vaincre » conclue Martin cependant très confiant pour une étape où son copain avait fini l'an passé à la 3ème place. « En plus l'équipe est très motivée ».


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?