avril 2008

Les Pavés d’Arenberg entraient dans la légende

Daniel FERTIN

Depuis 1966 le parcours traditionnel de la célèbre classique cycliste a pris ses habitudes dans le Cambrésis. En effet à cause de la disparition progressive des routes pavées à proximité de Roubaix les organisateurs ont été obligés de recadrer leur tracé plus à l'est du département du Nord. Ce dimanche 7 avril 1968 le pavé n'est pas encore à la mode, il le deviendra un peu plus le mois suivant du côté du quartier latin à Paris.

Jean Stablinski qui entame sa dernière année de coureur cycliste a fait découvrir à Albert Bouvet, le « Monsieur itinéraire » un parcours qu'il connait bien car il a été mineur non loin de là : la drève des boules d'Hérin. Depuis maintenant 40 ans cette trouée dans la forêt domaniale et son approche dans le Cambrésis a souvent marqué l'histoire de la Reine des Classiques.

Pour cette première édition, tous les spécialistes annoncent d'ores et déjà un grand millésime avec un grand vainqueur, une course de légende se hasardent même queques hardis pronostiqueurs.

Alors que la course n'est pas encore dans le Nord, c'est à Fresnoy-le-grand que se détachent quatre coureurs : Emilio Casalini un équipier de Merckx, Bernard Van Der Linde, l'Arrageois, le Belge Jos Haeseldonck et le presque Cambrésien Jean-Marie Leblanc qui fait partie de l'équipe Pelforth Sauvage Lejeune du vainqueur sortant le néerlandais Jan Janssen.

Avec Roger Pingeon, le vainqueur sortant du Tour de France, ils vont parcourir les routes du Cambrésis devant. Ils entrent dans le Nord avec une minute d'avance, puis l'écart passe à deux minutes dans la traversée du Cateau et à près de cinq minutes à Solesmes, juste avant les pavés et à quelques pas de Fontaine-au-bois, le village de Jean-Marie Leblanc.

Successivement les quatre initiateurs de l'échappée crèvent et c'est ainsi que Roger Pingeon franchit en tête la « tranchée », entrant ainsi dans l'histoire du cyclisme.

Quarante années plus tard, serait-il encore possible de voir traverser en tête de Paris-Roubaix les vainqueurs du Tour que sont Pereiro ou Contador ?

Ceux qui avaient prévu une édition de légende ne se sont finalement pas trompés. Eddy Merckx, fort reconnaissable, car porteur du maillot de Champion du Monde, traverse bien sûr sous les applaudissements les villages du Cambrésis avant de remporter le premier de ses trois bouquets sur l'anneau roubaisien.

Aremberg entrait dans la légende du cyclisme, une légende avait-elle pris racine dans notre Cambrésis ?

Quarante années plus tard, presque toutes les équipes se donnent régulièrement rendez-vous sur nos petits chemins pour reconnaître chacun des secteurs de Troivilles, Inchy, Viesly, Quievy, Saint-PythonVertain, etc. et pour tous la course ne commence que dès son entrée dans notre arrondissement.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?