Gervais Rioux
photo : Bruno Paradis, Argon 18

Entretien avec Gervais Rioux

Daniel FERTIN

Vous avez parrainé le Team Pro Race en 2008, quels premiers enseignements en tirez-vous ?

Gervais Rioux : Depuis plusieurs années déjà, notre programme de commandite nous donne l’occasion de collaborer avec des athlètes de calibre international très performants. En 2006, par exemple, le Danois Torbjorn Sindballe, l’Ecossaise Bella Comerford et la Québécoise Samantha McGlone ont tous été champions du monde de triathlon sur des Argon 18. Nous avons donc l’habitude de partager la pression que les athlètes de pointe vivent durant une saison. La différence avec les coureurs de Steve Bauer, c’est l’effet de groupe. Nous étions en mesure de recevoir des commentaires très précis et très judicieux de la part de 12 ou 13 coureurs et ça a été d’une grande utilité pour développer les deux nouveaux Gallium qui seront bientôt disponibles. D’ailleurs, Steve et certains coureurs ont «secrètement» testé les prototypes pour nous.

Etes-vous satisfaits des retombées tant sur le plan médiatique que commercial ?

Gervais Rioux : Une équipe comme celle que Steve et Josée sont en train de développer contribue à la notoriété de nos produits et d’un point de vue commercial c’est très important. En 2008 l’équipe en était à sa première saison et déjà le calendrier comportait des épreuves médiatiquement importantes pour nous, comme le Tour de Beauce et les courses en Pennsylvanie au début juin. Le groupe de coureurs a d’ailleurs bien fait en «montrant le maillot» sur presque tous les terrains tout au long de la saison. Sur le plan médiatique, les retombées les plus importantes viendront avec des victoires lors d’épreuves prestigieuses ici au Québec et au Canada, mais aussi aux Etats-Unis et –éventuellement- en Europe. Steve et Josée ont des objectifs très élevés et les coureurs qu’ils ont réunis pour la saison 2009 devraient accélérer le travail commencé durant la première saison.

François Parisien et Joël Dion Poitras ont-ils été de bons ambassadeurs ?

Gervais Rioux : Oui, comme l’ensemble du collectif d’ailleurs. Des deux, François est celui qui a le plus de visibilité en ce moment en raison de son palmarès et de son tempérament volontaire. La participation de Joël au programme de l’équipe canadienne U23 lui a aussi valu beaucoup d’attention au Québec et au Canada. De manière générale, l’ensemble de l’équipe a affiché beaucoup de disponibilité et je me rappelle avoir vu des coureurs comme Mark Walters –qui prend sa retraite après une superbe carrière- et Buck Miller signer des autographes juste avant ou juste après les courses. Un sourire, une signature, une poignée de main, ce sont de petits gestes qui sont importants pour nous.

Pensez-vous que la marque est maintenant plus reconnue à l'étranger ?

Gervais Rioux : Ah, comme bien d’autres fabricants de vélo, nous travaillons quotidiennement pour améliorer cette connaissance -ou cette reconnaissance- dans chacun des 35 pays où nos vélos sont vendus ! Argon 18 s’est taillé une place enviable dans le monde du vélo grâce à ses designs innovateurs. Les spécialistes de l’industrie le savent bien. Le E-114, que nous avons développé avec l’aide de nos triathlètes, est un exemple de notre façon de travailler. Avec ce vélo de contre la montre, nous avons gagné le prix de design industriel lors du concours de l’Institut de Design Montréal et un Eurobike Award à Friedrichshafen en Allemagne. Pour 2009, nous avons développé 2 nouveaux cadres de route (le Gallium et le Gallium Pro) pour les coureurs de Steve et ce sera en partie à eux de montrer ce que ces nouveaux Argon 18 ont dans le ventre.

Quels ont été les grands moments de votre année auprès du Team Pro Race ?

Gervaus Rioux: En 2008, Team Race Pro était une toute nouvelle équipe. Les grands moments n’ont pas manqué surtout parce qu’il y avait plusieurs jeunes en progression dans l’équipe. Ce qui est remarquable, c’est que ces jeunes seront de retour l’an prochain. Mais de notre angle, s’il n’y avait qu’un moment à identifier, peut-être que l’arrivée de François Parisien au début juin a contribué à dynamiser l’équipe. Il est un coureur respecté dans la confrérie et son enthousiasme est bien connu.

En 2009 l'équipe de Steve Bauer va être l'une des seules à ce niveau en Amérique du Nord et elle va rouler sur des vélos québécois, vos impressions ?

Gervais Rioux: Sauf erreur, l’équipe sera la seule à détenir une licence pro de l’UCI au Canada. Nous sommes donc très heureux de faire partie du projet et cette collaboration illustre notre sérieux et notre volonté à aller de l’avant. La collaboration avec Team Race Pro crée une dynamique intéressante dont peu de fabricants peuvent se vanter de bénéficier. Par exemple, il y a quelques semaines Steve est passé un matin avec François, Bruno, Martin, Keven et Éric pour prendre les mesures pour leurs nouveaux vélos. La bonne humeur était au rendez-vous et on pouvait voir que la confiance régnait dans le groupe. Mon impression, c’est que les vélos Argon 18 vont rouler très vite en 2009 !


Gervais Rioux

A-t-il été facile de renégocier le contrat de parrainage pour 2009 ?

Gervais Rioux : Steve et moi nous connaissons depuis plus de 25 ans. Nous avons couru ensemble avec l’équipe canadienne et on a souffert ensemble lors de certains mauvais jours. Nous savons que nous pouvons nous faire confiance et quand la confiance règne, les négociations sont toujours faciles. En tant que partenaires, nous partageons les mêmes objectifs sportifs.

Le fait d'avoir beaucoup de coureurs du Québec a-t-il facilité les choses ? Ou avez demandé la présence de coureurs de la Belle Province à Steve et Josée ?

Gervais Rioux : Ah non, les décisions relatives à la composition de l’équipe relèvent entièrement de la direction de l’équipe, c’est-à-dire de Steve et Josée. C’est tout l’intérêt de collaborer avec quelqu’un de la trempe de Steve Bauer ; personne au pays n’a son expérience et on peut se fier sur lui pour «lire» et évaluer les coureurs. Ce qui comptait pour Steve et Josée, c’était de réunir un groupe de coureurs capables de rapidement former un groupe soudé qui sera devant dans les plus belles courses. Cela dit, personne ne niera que la présence de Québécois dans l’équipe devrait faciliter notre travail de communication au Québec.

Qu'attendez-vous de la saison 2009 ?

Gervais Rioux: Comme le calendrier de l’équipe n’a pas été annoncé, il est difficile d’identifier des objectifs précis. Mais d’un point de vue plus qualitatif, nous sommes assurés de deux choses. D’une part, il n’y a pas de doute que les nouvelles additions comme Martin Gilbert, Keven Lacombe, Eric Boily, Bruno Langlois et le vétéran Andrew Randell seront dans la bagarre à chaque course. Avec Ryan Roth et François Parisien, la compétition sera vive, même au sein de l’équipe. D’autre part, les plus jeunes continueront leur développement. Il n’y pas de doute, il y aura bientôt de belles photos de podiums sur le site internet d’Argon 18 !


Gallium

Allez-vous profiter du passage de l'équipe en Europe pour promouvoir votre marque sur le vieux continent ?

Gervais Rioux : Si la chose est possible, certainement. Tout dépendra du calendrier que Steve et Josée établiront. En fonction de ce calendrier, nous aurons plusieurs options puisque nous sommes présents dans toute l’Europe. Tous nos distributeurs européens tireraient avantage du passage de l’équipe et de Steve Bauer.

Steve Bauer ne veut pas s'arrêter là, pensez-vous être encore à ses côtés à un niveau plus élevé? Au Tour de France par exemple ?

Gervais Riopux : Être présent sur le Tour et prendre part aux autres courses historiques est un objectif que partagent Team Race Pro et Argon 18. Notre entreprise est en croissance constante et cette filiation avec Steve nous permet de croire en notre capacité à atteindre notre objectif. Par ailleurs, nous savons que la crédibilité d’Argon 18 est excellente. Il y a des signes qui ne mentent pas. Nous avons à eu des discussions, parfois assez avancées, avec des partenaires européens sérieux et le jour où les vélos Argon 18 seront présents dans les meilleurs pelotons au monde est beaucoup plus près qu’on le pense…


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?