François Parisien prêt pour le départ d’une nouvelle saison
photo : Argon 18

François Parisien, toutes les victoires ont le même goût

Daniel FERTIN

Cette fois, pour continuer notre revue de l'effectif québécois du Team Race Pro nous avons rencontré celui qui est, parmi les coureurs québécois évoluant sous le maillot vert, certainement le plus expérimenté.

Au niveau des résultats, l'année 2008 fut selon le Repentignois la meilleure année sans problème tant sur le plan physique qu'au niveau de la santé. Quand on se souvient du genou qui avait contrarié François une saison complète, et ce dès le début lors du stage d'avant saison, on peut espérer pour lui un avenir plus serein. « Je suis très content de ma saison » avoue-t-il heureux en nous expliquant que son but était de trouver une meilleure équipe et de travailler plus pour lui même plutôt que de travailler pour les autres. « J'ai réussi les deux. Je ne pouvais pas vraiment demander mieux pour cette année ».

Il n'est donc pas étonnant que le meilleur moment de sa saison demeure pour 2008 son changement d'équipe, un transfert qui lui a donné beaucoup de motivation et qui lui a redonné un maximum de confiance. « J’ai essayé des choses pendant mes courses cette anné,e que je n’avais pas fait depuis les petites catégories » nous confie l'ancien Champion du Canada avant toutefois de nous rappeler qu'il appréciait ses anciens coéquipiers. Ce sont d'ailleurs les problèmes financiers de cette équipe qui sont les moins bons moments de sa saison. Cependant il a su positiver ces moments pour trouver une motivation supplémentaire et faire des résultats. « Et puis je pense avoir gardé quand même une bonne relation avec le reste de l’équipe et Kevin Cunningham. Cela était vraiment important pour moi ».

Passer dans l'équipe dirigée par Steve Bauer et Josée Larocque, et le fait de devenir leader malgré lui, aura été pour François un point majeur car ce sont selon lui deux personnes dont il apprécie la vision du cyclisme. « J'ai beaucoup de respect pour eux deux, je sentais que je leur en devais une pour avoir sauvé ma saison 2008… Je suis une personne de parole, pas un requin ».

Celui qui avait commencé sa carrière en France à Montauban ne sait pas encore si le fait de courir avec beaucoup de coureurs de la Belle Province sous le même maillot est un avantage, « Ce n'est sûrement pas un désavantage », a hâte de travailler avec ces équipiers qu'il connait déjà, soit directement soit indirectement. « Plusieurs d’entre eux en seront à leur première saison chez les pros, alors ça va être très intéressant de les voir évoluer. Quand on passe pro, on prend tout ce que l’on a acquis depuis le départ, on le met de côté et on repart à zéro ! Tu penses être un grimpeur et finalement tu n’es même pas capable de suivre le premier groupe. C’est vraiment un réapprentissage. »


François va bientôt repartir au soleil pour préparer une nouvelle saison
photo : Argon 18

Alors que comme les autres du Team Race Pro, François n'a pas encore son programme 2009, il va bientôt repartir en Californie pour se préparer au soleil. Comme il a fini plus tard sa saison, avec 30 000 kilomètres au compteur, et en coupant finalement très peu, la forme optimale ne devrait pas tarder à arriver. Sa première course sera certainement la Volta a Cuba en même temps que le Tour de Californie et que son calendrier sera certainement calqué sur le programme américain avec quelques courses en Amérique du Sud.

Celui qui a déjà travaillé avec beaucoup d'anciens coureurs et il cite, Jonathan Vaughters, Johnny Weltz, Ange Roussel, apprécie réellement d'être dirigé maintenant par Steve Bauer. Alors que nous lui posions la question de savoir si l'ancien vainqueur d'étape sur le Tour de France était un exemple pour lui, il a eu cette réponse pleine de bon sens : « Peut être pas un exemple puisque le monde du vélo a beaucoup changé depuis et que ce sera dur de répéter ce qu’il a accompli , mais un modèle ça c’est sûr ! Il est fort dans la tête et il sait vraiment bien lire la course ». François poursuit ensuite en insistant sur le fait que Steve est Canadien « il connaît bien les problèmes que nous canadiens rencontrons, ça c’est un gros atout ». Au début, le dernier vainqueur du Grand Prix de Saint-Raymond était impressionné par son coach mais il avoue maintenant qu'il est très facile de parler avec lui. « Y a pas d'stress ! »

François a vu le parcours des Championnats du Monde en vidéo, certains lui en ont parlé, « il ressemble à celui de Vérone en 2004 où j’avais bien fait chez les espoirs. Je pense pouvoir bien appuyer un coureur comme Michael Barry… et si je suis en forme, on ne sait jamais… Avec la performance de Svein Tuft, je pense que les coureurs canadiens ne doivent plus se sentir complexés devant le peloton européen » des routes européennes qu'il espère retrouver en 2010. « Dans ma tête en 2010 je suis en Europe. C’est clair pour moi, faire du vélo en Amérique à long terme, ça ne m’intéresse pas. Alors, j’espère que l’équipe grossira vite ! » conclue-t-il en ne voulant pas citer la course où il aimerait gagner en 2009. « Peu importe, une victoire est une victoire. Pour moi elles ont toutes le même goût ».


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?