Rien n'est perdu au Troféo Karlsberg

Daniel FERTIN

« Ça n'a pas été la si grosse journée que j'avais pensé » nous avoue ce soir Simon Lambert-Lemay au terme de cette première étape du Troféo Karlsberg.

Dès le départ deux gros murs se présentaient sous les roues des juniors de cette épreuve, en fait un mur à 18 % à grimper deux fois dans les 30 premiers kilomètres. 44 kilomètres seront franchis dans la première heure prouvant ainsi la qualité et l'expérience du plateau présent en Allemagne.

Malheureusement pour la sélection canadienne, deux coureurs se voyaient contraints à l'abandon, Evan Flater et Devon Nowakowki.

Pendant toute la course Simon voit partir des coureurs devant et chaque fois il se dit « faut que tu embarques cette fois » et pourtant il reste dans le peloton. Cependant, pendant plus de vingt minutes, les fuyards ne possèdent que 30 secondes d'avance, rien n'est perdu.

Le circuit final dans Saarbrück est assez dangereux, une longue bosse, puis une descente dangereuse puisque de nombreux virages se succèdent. « A chaque fois dans la bosse j'étais devant mais nous n'avons jamais revu les échappées ». Finalement c'est le Champion d'Europe, le Polonais Michael Kwiatowski, qui repartira demain entre Homburg et Mandelbachtal (101,3 km) avec le maillot jaune, le Russe Gennadiy Tatarinov portera lui le maillot des sprints et le Slovène Mark Dzamastagic celui du meilleur jeune.

Simon, trop passif sur la course, n'a finalement pas disputé le sprint du peloton qui échoue à 50 secondes de l'échappée. Rien n'est perdu, encore 4 étapes pour se rattraper.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?