photo : Peter Purfield, Irish Cycling

Ultimes préparatifs pour les mondiaux pour Simon Lambert-Lemay

Daniel FERTIN

Quatorze équipes, soixante coureurs étaient au départ de la 31ème édition du M. Donnelly Junior Tour, une épreuve de 6 étapes sur le sol irlandais. Pour Simon Lambert-Lemay cette course était la dernière avant les Championnats du Monde au Cap en Afrique du Sud. Au lendemain de la course qui s'achevait le dimanche, Simon allait se rendre à Shannon prendre un premier vol pour Dublin, puis un autre pour Londres et enfin un dernier pour Le Cap, soit un voyage de 24 heures pour arriver... en hiver !

Simon a donc fini sa préparation en Irlande sur une course où il fut battu dès le prologue, un contre-la-montre de 4 kilomètres. Tout avait été prévu mais un accident sur les routes irlandaises obligea l'équipe Hot Tubes à effectuer un large détour pour rallier le lieu de départ au dernier moment et avec un délai non prévu de 4 heures. Bonjour l'angoisse, finie la reconnaissance, la préparation et le choix du matériel. Malgré tout le coureur de Longueuil finit 8ème, à 21 secondes du vainqueur du jour, qui sera aussi le vainqueur final. Tous les jours le récent médaillé de bronze aux Championnats canadiens du contre-la-montre à Saint-Georges-de-Beauce se battra sur des routes très vallonnées sur un sol très « raboteux » mais malheureusement il ne pouvait rien faire contre les locaux très habitués à ces conditions de course avec un ciel gris et beaucoup de vent, surtout qu'en Irlande la mer n'est jamais très loin. « Je n'avais comme expérience que le Tour d'Abitibi l'an passé » nous avoue-t-il au soir du dernier jour, mais pourtant chaque jour il se classe parmi les meilleurs. passant même très près de la gagne, il finit second lors de la 3ème étape battu au sprint par Sam Bennett, le sprinter irlandais natif de la même ville que la référence irlandaise Sean Kelly.

Simon a commencé sa seconde partie de saison avec les Championnats canadiens et il se sent « relativement bien » après une première partie très intensive de mars à mai en Europe. « Je crois que j’approche les Mondiaux avec une bonne condition physique. Toutefois, depuis que je suis arrivé, j’ai de la difficulté à retrouver mes jambes après un long voyage de plus de 24 heures. Heureusement que j’ai quelques jours avant pour rouler un peu et retrouver les bonnes sensations d’avant » nous avoue franchement le banlieusard de Montréal. Il poursuit en constatant que c'est sa plus grosse saison depuis qu'il a commencé la compétition il y a quelques années. « Heureusement que j’ai pu souffler un peu au mois de juin » admet-il en étant conscient que cela ira crescendo avec les années qui viennent.

Au même titre que le Tour des Flandres et les Championnats canadiens, ces Championnats du monde sont un objectif majeur de la saison du coureur Hot Tubes qui a goûté depuis le début de saison à de grandes courses internationales. A ce jour les équipes n'ont pas encore pu voir le circuit, ils n'en n'ont eu qu'une description sommaire pour la simple raison que ce tracé emprunte une partie d'autoroute et qu'il est impossible de s'y rendre en vélo actuellement. Dès demain (samedi 19 juillet), il sera ouvert aux compétiteurs mais Simon nous parle d'ores et déjà d'une longue bosse d'environ 3 kilomètres sur une route très large à environ 5 à 6 % de déclivité, d'une longue descente et d'une arrivée très technique avec plusieurs virages successifs juste avant la ligne. Si nous ne pouvons plus détailler le circuit nous pouvons vous décrire la météo cet hiver au Cap, et oui, nous sommes dans l'hémisphère sud, un temps parfait pour faire une course de vélo selon Simon, 5° le matin, entre 15 et 20 l'après-midi.

S'il a beaucoup couru cette année, il a ainsi côtoyé beaucoup des meilleurs juniors. « À part les Italiens que je n'ai pas eu la chance de voir courir malheureusement » avoue le tout récent médaillé de bronze des championnats du Canada sur route, tout en reconnaissant que les tenants du titre ont une certaine pression sur les épaules vu leur résultat de l'an passé, 1, 2 & 3. Pour lui aucune équipe ne lui font peur, il les a déjà vues lors de la Coupe des Nations en Allemagne mais il pointe cependant quelques grandes armadas comme l'Italie, la France, la Pologne et individuellement le Tchèque Peter Sagan.

La délégation canadienne sera sur ces championnats mondiaux composée de David Larson, Devon Nowakowski, Ryan Aitcheson, William Garneau, Hugo Houle et donc Simon alors que chez les féminines, Laurie-Anne Dupont-Renaud, Denise Ramdesen, Jessica Kissel et Leah Kirchman porteront le maillot à la feuille d'érable. Les Directeurs sportifs seront Denise Kelly et Jason Gillespie, le soigneur Nick Vipond et le mécanicien Scott Kelly. Apparemment il n'y aura pas de leader protégé au sein de l'équipe mais Simon regrette toutefois l'absence de son coéquipier Cody Campbell avec qui il s'était très bien entendu en Allemagne et « avec qui on aurait pu faire quelque chose de bien »

En attendant dimanche, Simon roule le matin et l'après-midi et a assisté aux deux derniers jours des épreuves sur piste où il a retrouvé un Belge contre lequel il avait bataillé ce printemps. « Sinon je socialise avec les autres équipes ! » conclue-t-il malicieusement.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?