Moins d'apprentissage, plus de résultats

Daniel FERTIN

Après une première saison chez les pros où il a effectué plus de 30 000 kilomètres à vélo et 38 « voyagements » en avion, c’est justement entre deux avions que nous avons réussi à nous entretenir avec François Parisien qui nous parle de sa future saison au sein de l’équipe américaine continentale-pro, le Team Slipstream.

Nous nous souvenons que c’est en Belgique qu’avait pris fin la saison du gars de Repentigny et que dans la foulée il était parti pour quelques jours de vacances en Suisse chez des amis. Il aurait dû y participer à un cyclo-cross mais un léger problème de santé l’a empêché de s’initier aux joies du cyclisme des labours. Quatre semaines de repos, 3 en Suisse et une au Québec et François a vite repris l’entraînement, d’abord autour de Montréal puis en altitude au Colorado.

C’est à ses frais que l’ancien champion du Canada s’est envolé au Colorado accompagné d’un entraîneur et résidant chez un co-équipier avec qui il s’entend bien. Initialement, ce « stage » devait durer trois semaines, François restera un mois dans les montagnes américaines en mettant surtout l’accent sur la cadence et effectuant beaucoup d’intervalles longs à 120 tours minutes. Après ces séances sur route, François s’imposait aussi de la musculation en salle, on le voit, il ne veut rien laisser au hasard, puisqu'à la fin du mois son compteur affichait plus de 110 kilomètres journaliers et quand on connaît les routes montagneuses du Colorado !!! « 5 heures à bloc mais avec 3 h 30 de montée !! » avoue fièrement François.

Avant la reprise des compétitions, François est reparti aux Etats-Unis dès le 2 janvier. Son programme ne comprendra que de l’entraînement, pas de piste, pas de cyclo-cross. Un camp d’entraînement de trois semaines et demie, prévu là-bas avec ses coéquipiers à partir du 13 janvier, clôturera cette période de préparation juste avant qu’il ne retrouve l’Europe où il effectuera la quasi-totalité de sa saison 2007.

« Je n’apparaîtrai pas souvent au Québec, sûrement pour les Championnats nationaux » nous confie-t-il en poursuivant par « J’adore l’Europe ». Une petite phrase qui en dit long sur sa volonté de s’imprégner de la culture vélo européenne, volonté qu’il a toujours eue depuis ses débuts dans le cyclisme. Il ne connaît pas encore bien son programme de début de saison, « je vais en discuter avec Jonathan pendant le camp » mais une de ses réponses résume bien sa volonté de réussir quand on évoque avec lui ses objectifs 2007 : « moins d’apprentissage, plus de résultats » .


François Parisien en compagnie de son directeur sportif Johnny Weltz le 1er octobre 2006
photo : Daniel Fertin

En entrant dans la catégorie des équipes « continentales-pros » l’équipe dirigée par Jonathan Vaughters et Johnny Weltz aura cette année la possibilité d’être invitée sur des courses du Pro-Tour et l’on parle déjà pour eux, et sous toutes réserves, de Paris-Roubaix, du Critérium International et du Dauphiné libéré. Des belles courses en perspective ce qui attire François. « Déjà, chacun d’entre nous a une saison pro en Europe dans les jambes, et il y a des nouveaux en plus » se réjouit-il.


Johnny Weltz, directeur sportif de TIAA-CREF et François Parisien,
durant la dernière étape du Circuit Franco-Belge le 1er octobre.
photo : Daniel Fertin

En effet des nouveaux équipiers sont venus compléter l’effectif, en particulier Kilian Patour du Crédit Agricole : « C’est un ami français et un très bon coureur, très agressif comme moi… on en parlait déjà ensemble en début de saison » ajoute François au sujet du Français qui, nous le savons, a déjà hâte de courir pour une équipe américaine.

Son équipe dans le Pro-Tour, François l’envisage déjà, bien-sûr : « En 2009 oui… Très possible, s'il y a un problème ce ne sera pas l’argent, ni les dirigeants… c’est une solide équipe autant au niveau des coureurs que du staff » , et le Tour de France, une course qui fait rêver tous les coureurs, pourquoi ne verrait-on pas le coureur de Repentigny comme premier coursier québécois au départ ? A défaut de Grand Départ à Québec en 2008, un premier Québécois au départ, cela aurait belle allure non ? Cependant François garde les roues sur terre en concluant : « j’ai encore beaucoup à faire, je ne vais pas faire de prédiction hâtive comme un con, moi ! »


François Parisien retrouvera peut-être les pavés de Paris-Roubaix en 2007.
photo : Daniel Fertin

A partir de maintenant, on peut le constater, le cyclisme de François va vraiment s’écrire au Québec et on ne peut que le constater quand il nous répond à notre dernière question sur les Championnats nationaux : « Pour moi maintenant, c’est courir et faire des résultats en Europe qui m’importe. »


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?