août 2007

Petite histoire du cyclisme en Europe


Baronchelli (Italie), Hinault (France) et Fernandes (Espagne)
source : L’arc en ciel et son histoire, le prestige de l’arc-en-ciel,
Éditions de Eecloonaar, par René Jacobs et Hector Mahau (2002)

Le « Blaireau » l'a dit, le champion l'a fait

Daniel FERTIN

En août 1980, à l’occasion des Championnats du Monde qui se déroulent en France à Sallanches (Haute-Savoie) Bernard Hinault veut une revanche. Pourtant il a déjà cette année à son palmarès : le Tour d’Italie (1 victoire d’étape + le grand prix de la montagne), Liège-Bastogne-Liège (voir Neige-Bastogne-Neige du 52-12 d’avril 2007), le Tour de Romandie, le Tour de l’Aude et de nombreuses autres victoires parmi lesquelles il ne faut surtout pas oublier les bouquets du prologue, de la 4ème et de la 5ème étape du Tour de France. Mais voilà, les premières étapes se sont déroulées sous la pluie et le champion breton souffre d’une tendinite au genou. Au soir de l’arrivée à Pau, pourtant porteur du maillot jaune, il doit déclarer forfait et ne pourra remporter son troisième Tour consécutif et réaliser le second objectif de sa saison.

Désormais, pour Bernard plus qu’une seule pensée ne l’habite, les Championnats du Monde dont il avait fait, début janvier, son troisième objectif. Il s’est promis de les remporter pour effacer sa déconvenue de juillet. Le sélectionneur a mis à sa disposition une équipe de 12 coureurs. Ces « douze copains » comme le dira le breton dans les journaux de l’époque, n’ont qu’un seul but, faire triompher le « blaireau ». Avant de quitter l’hôtel, le matin de la course, il n’oublie de recommander au patron de l’établissement de mettre le Champagne au frais. Il est certainement le plus confiant des 107 engagés.

Dès la première côte du circuit il est en tête et s’échappe pendant deux tours. Il est costaud mais n’en fait-il pas un peu trop ? Un équipier de l’équipe de France, Mariano Martinez, fait diversion lors de l’échappée matinale alors que le favori se rend auprès de chacun de ses équipiers pour les rassurer sur son état de forme. Tout va bien, tel est son message. Le travail collectif pour la victoire d’un seul a merveilleusement bien fonctionné. Les adversaires de l’équipe de France rendent les armes les uns après les autres, un véritable travail de sape. Alors qu’il ne reste plus que cinq tours de circuit il va mener un train d’enfer pour faire rendre grâce à ceux qui n’ont pas encore mis la flèche. Sur ce parcours très éprouvant, la côte de Domancy, longue de 2,7 km avec quelques passages à 12 %, et surtout sa répétition (20 passages) use les hommes. Ils ne sont plus que 5 en tête, l’italien Baroncelli, l’écossais Millar, le belge Pollentier et le danois Marcussen accompagnent un Hinault qui relance sans cesse.

A un tour de la ligne, il a poursuivi son travail de sape et l’italien est le seul à pouvoir encore l’accompagner. La côte de Domancy est noire de monde, des Français bien sûr mais aussi beaucoup d’Italiens qui ont franchi le tunnel du Mont-Blanc pour voir triompher la « Squaddra Azzura ». Il reste 500 mètres de montée, profitant d’un changement de vitesse de l’Italien, Bernard Hinault place une attaque sèche. Il passe en tête au sommet et négocie une dernière descente parfaite. A Sallanches il est sacré Champion du Monde, dans la même ville que Jan Janssen (chez les pros) et Merckx (chez les amateurs), du beau monde !


Hinault, nouveau Napoléon du cyclisme après sa domination à Sallanches.
Caricature parue dans la "Gazetta dello sport".
source : L’arc en ciel et son histoire, le prestige de l’arc-en-ciel,
Éditions de Eecloonaar, par René Jacobs et Hector Mahau (2002)

Bien sûr à l’hôtel le Champagne est prêt, les dirigeants français finissent tout habillé dans la piscine mais il faut surtout retenir de cette victoire la cohésion parfaite de l’équipe, une tactique mise au point avant la course et respectée pendant, et par dessus tout le panache et l’offensive du champion blessé de juillet qui tenait absolument à vaincre fin août. Ne dit-on pas têtu comme un Breton ?


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?