Ça sent la fin de saison !

Note du webmestre :
Daniel Fertin est toujours au Circuit franco-belge à suivre la dernière course de la saison de François Parisien.

Deuxiéme étape : Ghyvelde - Poperinge

La deuxième étape du Circuit franco-belge avait un petit air de printemps, de par le soleil qui accompagnait le peloton et de par les parcours de printemps que sont Gand Wewelgem et les Quatre Jours de Dunkerque. Dans le Nord de la France et en Belgique, tout le monde cycliste connaît les monts qui dominent la plaine des Flandres. Après le Kemmel et le mont Rouge, trois ascensions du mont Noir étaient proposées dans les circuits finaux, le mont Noir, longue montée de 2800 kilomètres à cheval sur la frontière franco belge.


En Belgique on aime le vélo et on l'affiche.
photo : Daniel Fertin

Assez rapidement trois hommes s’isolent en tête, le Français Jimmy Engoulvent (Crédit Agricole), qui récoltera le maillot de meilleur grimpeur, le belge Michaël Blanchy (Jartazi) et… l’américain Steven Cozza, un coéquipier de François Parisien. Les trois hommes s’entendent parfaitement, l’écart monte à 4’ 40 à l’amorce des trois derniers tours. François est en première ligne pour protéger son équipier. « Je suis toujours bien placé, mais je n’aime pas ces courses de bordure, j’ai parfois peur de tomber » avouait-il après l’arrivée.

À l’avant, l’entente entre les trois est moins bonne, Egoulvent et Blanchy s’unissent pour attaquer Steven Cozza, mais les trois hommes sont repris. L’étape la plus « montagneuse » va se terminer au sprint !


Trois hommes devant, dont le coéquipier de François, Steven Cozza.
photo : Daniel Fertin

À ce petit jeu, les sprinters patentés se marquent et c’est le jeune allemand (22 ans) Heinrich Haussler (Gerolsteiner) qui s’impose alors qu’aucun changement n'est à noter au classement général.


Il n'aime pas les courses en bordure mais finit la seconde étape avec le sourire...
photo : Daniel Fertin

À l’hôtel François revenait sur cette étape : « C’est ma première course de bordures, la vitesse est impressionnante, c’est vraiment la guerre ! ». Cependant le Repentignois reconnaissait que « cela sentait la fin de saison, il y a moins de coureurs motivés, on s’est même arrêter qautre fois pour la pause pipi » !

Daniel FERTIN


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net