La saison sur route est close pour François Parisien

Note du webmestre :
Daniel Fertin était aujourd'hui au Circuit franco-belge à suivre la dernière course sur route de la saison de François Parisien.

Dernière étape : Cuesmes-Tournai

Dernier jour de course sur route pour François ce matin au départ de Cuesmes (près de Mons). Je précise bien sur route car François m’a appris qu’il allait participer à un cyclo-cross dans une quinzaine de jours en Suisse, à Aigle plus précisément, dans la ville du siège de l’UCI.

« Je n’ai pas de vélo de cross, je n’ai pas de roues, je n’ai pas de chaussures mais je suis inscrit et je vais me faire prêter du matériel » me précise François alors qu’il se prépare.

De son côté, Johnny Weltz, son directeur sportif me dit tout le bien qu’il pense de François et des espoirs que l’équipe porte en lui pour les saisons à venir. « C’est une pièce importante de l’équipe pour envoyer devant » me précise l’ancien coéquipier de Lance Armstrong chez Mororola.


François Parisien en compagnie de son directeur sportif Johnny Weltz
photo : Daniel Fertin

Dans la perspective de la montée en puissance de l’équipe américaine en 2007 et de son passage en Pro-Continentale, le programme de l’année prochaine sera encore plus dur avec pourquoi pas un passage par les pavés de Paris-Roubaix ou d’autres « monuments » du circuit Pro-Tour.

« Comme François, notre équipe va progresser en s'améliorant toujours » continue John tout en surveillant la préparation de chacun de ses coureurs bien assistés par les mécanos et les soigneurs qui travaillent ici avec la passion du cyclisme.

Comme depuis jeudi, le soleil est encore au rendez-vous, mais la météo n’annonce rien de beau au moment où le Premier Ministre de la Région wallonne donne le départ de l’étape. Plus de 49 kilomètres sont parcourus lors de la première heure ! Et dire que le peloton devra grimper cinq fois le seul col de Belgique « Le col de la Croix-Jubaru » ! (anciennement montée du Mont Saint Aubert, rebaptisée col en 1988 par des cyclotouristes de la région).

Les coureurs monteront donc cinq fois la bosse, mais moi, chers amis, je la monterai quatre fois… dans la voiture de Johnny ! En effet, dès le premier passage sur la ligne, le sympathique danois m’accepte dans sa voiture pour suivre au cœur de la course les derniers kilomètres.

Nous sommes derrière le peloton qui chasse derrière un groupe de 8 coureurs dont aucun ne représente l’équipe Tiaa Cref. Aucun n’est dangereux au classement général « les Quick Step vont laisser faire » commente le mécano assis à l’arrière. La course serait pliée si la télévision n’était pas présente pour un direct à l’occasion de la dernière heure de course.

En effet, dès que l’hélicoptère de la télé belge apparaît dans le ciel, les équipes belges non représentées à l’avant se montrent : « du chasse patate bien inutile, s’il n’y avait les caméras » s’amuse Johnny.

À ce petit jeu en effet le peloton ramène les fuyards à la raison. Presque aussitôt quelques hommes se portent à l’avant parmi lesquels Steven Cozza (déjà échappé vendredi). Johnny est heureux « Good job, Steven !, good job ! » envoie-t-il par l’oreillette, très heureux de la tournure de l’étape.


Johnny au micro, François au guidon !
photo : Daniel Fertin

Allons-nous être autorisé à doubler le peloton pour rejoindre les coureurs échappés ? Il nous faudra attendre l’autorisation du jury, mais déjà notre voiture est en première ligne juste derrière le « paquet ». Dès le feu vert donné, et à grands coups de klaxon, nous doublons les coureurs en n’oubliant pas de distribuer boissons et ravitaillement au passage aux co-équipiers de François (et au Repentignois bien-sûr aussi !)

C’est ce moment que choisit la pluie pour faire son apparition. La fin sera-t-elle dangereuse ? En tous cas, à l’avant, nous sommes aux premières loges pour voir que chacun fait son travail. « Good job ! Good job ! » Johnny demande par la radio à son assistante Alissa de suivre le peloton, nous restons devant. Le groupe d’attaquants se divise, se recompose, se redivise mais est repris juste avant la dernière ascension.

Nous sommes stoppés par les commissaires mais repartons juste derrière le premier peloton. Bien nous en prit, nous sommes les témoins d’une chute à l’arrière du peloton qui bloque l’ensemble des véhicules. Le mécano bondit hors de la voiture, une roue avant et une arrière à la main. Il ne revient pas de suite alors que tous ses collègues remontent en voiture. Finalement l’espagnol Dani Vancells Pons est à terre et se relève juste à notre passage. Johnny lui crie que la voiture d’Alissa est derrière, elle a été prévenue par le directeur sportif.


photo : Daniel Fertin

Nous rattrapons à toute vitesse, sous la pluie et devant un nombreux public l’avant de la course. La radio annonce que sous la flamme rouge le peloton s’est groupé. Dommage pour l’équipe qui ne dispose pas de sprinters. C’est le jeune allemand Heinrich Haussler qui s’impose au sprint comme vendredi.

La saison routière est finie, place à une saison encore plus passionnante avec la montée en pro-continentale. Combien de kilomètres la voiture de Johnny va-t-elle parcourir en 2007 ? Elle en a parcouru 75 000 en 2006 sur les routes de France, de Belgique, des Pays-Bas, d’Irlande, d’Espagne, du Portugal sans compter les courses américaines, canadiennes et aux Bermudes…

Rendez-vous en 2007 !

Daniel FERTIN


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net