Keven Lacombe, Simon Lambert-Lemay, Hugo Houle et Martin Gilbert
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

GP de Denain : les guerriers de SpiderTech se sont battus

Daniel FERTIN

La saison des Flandriennes se terminait ce jeudi avec le GP de Denain dans le Nord de la France sur des routes tournoyant, sans jamais les emprunter, autour des secteurs pavés de Paris Roubaix. Pour l'occasion nous avons embarqué dans la voiture de Kevin Field, l'un des directeurs sportifs de la formation SpiderTech.

En guise d'échauffement les coureurs sont arrivés en vélo de l'hôtel distant de quelques kilomètres seulement. Du coup, ils ont surpris plus d'un chasseur d'autographes quand Daniel Mangeas, la voix du Tour, les a présentés sur le podium. Parmi le public, très connaisseur dans cette région frontalière de la Belgique, tout le monde avait cherché en vain les véhicules de la marque canadienne. Dans la file des voitures suiveuses, l'équipage dès maintenant reconnues était de ce fait relégué à près d'un kilomètre de la ligne de départ. Il fallait voir le peloton des fans de cyclisme courir derrière les Canadiens !


photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Une fois arrivés « au cul du camion » les coureurs se sont chargés en ravitaillement pour les premiers kilomètres. Pendant ce temps, Kevin Field était salué par quelques amis qui le reconnaissaient. En effet, l'homme a souvent couru dans la région quand il était coureur au VC Sain-Quentin du président Pascal Cordier au début des années 90 et, habitant maintenant Québec, l'Ontarien parle en plus un Français parfait. Comme par hasard, l'autre équipe nord-américaine ; team Type 1 Sanofi, dirigée par Frédéric Moncassin, double vainqueur ici, est stationnée juste à côté. Des liens se tissent à quelques milliers de kilomètres sur un autre continent...

Les coursiers se préparent et l'ambiance est à la bonne humeur. Quelques uns ont couru la veille sous la pluie de la Flèche brabançonne, d'autres, deux jours auparavant en Normandie à Paris Camembert. La réunion d'avant-course, (les Français disent le breefing !) a déjà eu lieu le matin à l'hôtel. Kevin sait que la course se jouera au sprint, comme d'habitude. Les garçons vont donc emmener un des sprinters à savoir Guillaume Boivin ou Martin Gilbert, en fonction des sensations de chacun.


photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Dès les premiers kilomètres, un coureur régional est parti. David Boucher (FDJ Big Mat) était déjà dans l'échappée de Paris Roubaix il y a 4 jours avec David Veilleux. Rémi Cusin (team Type 1 Sanofi) a senti le bon coup, il a sauté dans la roue du spécialiste des échappées au long cours. Dans la première grande boucle, celle qui passe par Saint-Amand-les-eaux, là où se dérouleront les Championnats de France, l'écart monte très rapidement, le peloton ayant renoncé rapidement. Une telle fuite est favorable aux vœux de l'équipe canadienne. Derrière, alors que la pluie a fini par tomber, ce sont les formations Cofidis et Saxo Bank qui s'associent à Roubaix Lille Métropole pour leurs sprinters respectifs Adrien Petit, Juan-José Haedo et Denis Flahaut.


C'est au tour de Simon Lambert-Lemay de rendre sa veste à Kevin Field.
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Numéro 15 dans la file des voitures, nous ne voyons le peloton que quand un changement de direction le permet. Les SpiderTech powered by C10 sont bien placés et peuvent surveiller les débats. Chacun leur tour ils rapportent leurs vêtements à la portière de Kevin qui en profite pour leur glisser, avec quelques ravitaillements, de précieux conseils. Guillaume Boivin, l'un des plus concentrés au départ, vient à hauteur de la voiture pour se charger de bidons pour toute l'équipe. Après son passage, il ne reste plus que 2 bidons dans la glacière de Bruno, l'assistant français qui refera rapidement le plein en passant par les soigneurs en place, quelques mètres après la ligne d'arrivée.


Guillaume Boivin se charge de bidons.
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Le Grand Prix de Denain se termine par cinq circuits locaux de 15,200 km qui permettent aux coureurs de repérer tous les détails d'un sprint inévitable. La bagarre est toujours sévère pour se placer. On retrouve là des habitués, le quadruple vainqueur Jimmy Casper (AG2R La Mondiale), Denis Flahaut (Roubaix Lille Métrople) mais aussi Juan-José Haedo (Saxo Bank), Alex Rasmussen (Garmin Barracuda) et Andrea Guardini (Farnese Vini). Les 3 derniers nommés seront dans cet ordre sur le podium. Guillaume Boivin avait flairé le bon coup, à quelques 100 mètres de la ligne il paraissait très affûté. Au vu du ralenti il doit être dans les plus rapides mais les autres étaient déjà partis. Il ne lui a manqué que quelques mètres !


photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Certes les gars n'ont pas gagné pendant ce printemps mais l'expérience acquise et le travail effectué depuis le stage d'Aix-en-Provence sont autant de raisons d'espérer en des jours meilleurs. Des plus grosses écuries que celle de Steve Bauer et Josée Laroque n'ont encore rien engrangé et pourtant les coureurs de ces équipes ont eu un début de saison bien plus « confortable » que les vaillants Canadiens qui ne sont pas rentrés chez eux depuis bien longtemps. De plus,l'historique de certaines formations européennes fait qu'elles sont beaucoup plus souvent invitées que les SpiderTech qui doivent toujours insister auprès des organisateurs pour être au départ. Cependant, et nous l'avons souvent vérifié, ces mêmes décideurs ne sont jamais déçus de la prestation des « guerriers » canadiens.


photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

La prochaine course des hommes de Kevin Field se déroulera dimanche lors du Tro Bro Léon et l'on se souvient qu'en 2011, William Routley, alors avec son maillot à la feuille d'érable, avait acquis une très honorifique 2ème place sur ce Paris Roubaix breton.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?