Keven Lacombe dédicace son maillot 2010 à Alain Chandelier, organisateur du GP des Marbriers
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Keven Lacombe, 8ème à Nokere, on reparlera bientôt de lui....

Daniel FERTIN

Le calendrier n'indique pas encore le printemps mais c'est tout de même sur une place du marché ensoleillée que toutes les équipes de la 66ème Nokere Koerse se sont rassemblées. Au beau milieu de la place Steve Bauer et son équipe se sont garés à l'endroit où les organisateurs l'avaient exactement décidé. Tout avait été prévu et calculé au millimètre près, le but de la manœuvre étant de garer l'ensemble de la caravane sur la place. Les chauffeurs des bus des équipes ont redoublé de virtuosité mais toutes les formations étaient alignées comme à la parade pour la plus grande joie des spectateurs qui n'avaient pas à courir la ville pour trouver leurs champions favoris. Un par un les engagés se présentaient à la signature et l'annonceur ne manquait pas de rappeler l'épisode malheureux de Steve Bauer, ici même à Renaix, à l'occasion des Championnats du Monde en 1988. Le temps a fait son œuvre, le manager canadien revient en Belgique avec ses coureurs et il y a de nombreux amis qui viennent le saluer.


Steve Bauer au départ, à Renaix
photo : Daniel Fertin Tous droits rservs.

L'ancien porteur du maillot jaune nous donne quelques nouvelles de Guillaume Boivin : « Il va peut-être revenir en avril mais il ne faudra pas trop forcer sur son muscle affaibli, peut-être effectuera-t-il quelques projets avec la sélection canadienne mais en tout état de cause on n'ira pas trop vite ». Pendant ce temps, Hugo Houle, nouveau dans l'équipe, découvre l'enthousiasme du public flamand qui lui demande des autographes ou de se faire photographier auprès de lui. Svein Tuft, un autre nouveau de la formation, ne passe pas inaperçu après sa performance il y a peu aux 3 jours de Flandre occidentale.

Les mécanos règlent une dernière fois les beaux vélos Argon 18 qui eux aussi attirent les yeux experts des connaisseurs. Steve réunit son équipe pour donner les consignes du jour. Dans le public quelques spectateurs apportent eux des éclaircissements. « Il vaut mieux aborder la montée finale par la gauche de la route » ou encore « après le château d'eau, à la sortie du bois, le vent souffle souvent de face ».


photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Dix minutes avant le départ les Spidertech propulsés par C10 sont parmi les premiers sur la ligne. Simon Lambert-Lemay salue quelques uns de ses anciens équipiers tout comme Svein Tuft qui retrouve beaucoup de ceux contre qui il courait l'an passé.

A l'heure prévue le départ est donné. Le peloton s'élance, en quelques minutes la place se vide. Les coureurs et les voitures se dirigent vers le village de Nokere à 15 minutes à vol d'oiseau, la caravane est partie pour 196,500 km ! Comme chaque fois sur ce genre de course une échappée « matinale » se forme. Quand les fuyards ont un peu plus de 2 minutes d'avance les équipes des sprinters décident de revenir. La formation Cofidis fait l'essentiel du travail pour le vainqueur sortant Jens Keukeleire et quand il ne reste plus que 4 coureurs devant, à 10 km du fil, ce sont les Spidertech qui travaillent. Ils y mettent toutes leurs forces et grâce à eux les sprinters seront à la fête.

Pourtant, dans la bosse finale, quelques centaines de mètres en pavés, il reste un peu de force à Keven Lacombe qui se mêle aux fines gachettes du sprint. Il est 8ème. C'est définitivement le genre de courses qui lui convient, on se souvient de sa place à Zottegem (tout proche de Nokere) et de sa victoire aux Marbriers l'an passé. Cela finit toujours par rentrer. On reparlera bientôt de Keven...


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?