David Veilleux
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

David Veilleux a entendu beaucoup de « Allez David »

Daniel FERTIN

Après son fabuleux Paris Roubaix où il a effectué presque la totalité des secteurs pavés dans l'échappée, David Veilleux s'est écroulé sur la pelouse du vélodrome. Complètement vidé, méconnaissable le dossard 198. Un assistant de son équipe lui a tendu une bouteille d'eau qu'il a avalé goulûment. Contraste saisissant dans cette enceinte magique, à quelques pas de là les photographes et les journalistes du monde entier jouaient du coude pour recueillir les impressions du vainqueur et là, devant deux Québécois, David racontait sa course. Il appréciait le moment en rappelant que c'était sa première participation et qu'il ne connaissait pas les pavés. « Quelle différence entre la reconnaissance et la course ! » analysait-il lucidement. Lors de la reco, il se disait « c'est ça la tranchée d'Arenberg » mais en course il avoue que c'est finalement tout autre chose.


David raconte sa course
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Dans son groupe d'échappée il a donc traversé la forêt devant. « Vers la fin, j'ai même accéléré croyant que c'était la sortie, en fait c'était une caméra qui surplombait la trouée ! » ironise-t-il.

Tout en retirant ses deux couches de gants il poursuit ses commentaires en soulignant un détail. « J'entendais des « Allez David » et j'ai compris ensuite que ces encouragements étaient destinés au coureur du coin David Boucher qui était avec nous dans le groupe ».

Pas une chute, pas une crevaison, David, très prévenant, met ceci sur le compte de la qualité de son équipe et de son matériel. Certes cet argument est parfaitement recevable mais cette absence de casse montre que notre homme était parfaitement lucide toute la journée.

Pierre Hutsebaut avait raison de conseiller David à Jean-René Bernaudeau cet automne. Le manager général d'Europcar avait sur la Reine des Classiques toutes les raisons d'être satisfait de celui qui lui a déjà ramené un bouquet cette saison.


Jean-René Bernaudeau, manager général d’Europcar, semble parfaitement satisfait de son poulain David Veilleux
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

David va rester dans la région Nord Pas-de-Calais et disputera jeudi le Grand Prix de Denain Porte du Hainaut avant de prendre quelques jours de vacances bien méritées.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?