Le classement général n'est pas dans le béton après deux étapes

Daniel FERTIN

Après beaucoup de péripéties et d'aventures dues au volcan islandais, l'équipe Kelly Benefit de David Veilleux est enfin arrivée en Bretagne pour prendre part au départ de l'île anglo-normande de Jersey, ce que n'ont pu faire les coureurs anglais de Rapha Condor bloqués aux Etats-Unis.

Sur des petites routes très étroites, les équipiers au maillot vert ont essayé à plusieurs reprises de s'immiscer dans des attaques ou des échappées mais finalement le bon groupe est parti sans eux. Le décalage horaire, les attentes d'un vol, l'arrivée un peu tardive en France sont certainement les raisons principales d'une performance qu'ils auraient souhaité meilleure.

« Finalement on a pris la décision de ne pas mener seuls dans le peloton » nous déclare le protégé de Pierre Hutsebaut, tout à fait logiquement quand on sait que devant il n'y avait que six équipes représentées sur vingt-et-une au départ. Beaucoup d'autres formations n'ont pas mené mais cependant les écarts sont limités au départ du contre-la-montre encore disputé à Jersey.

Scott Zwizanski, le vainqueur final du dernier Tour de Beauce, (vainqueur du clm à Saint-Georges l'an passé), se classe 11e, Ryan Anderson 14e et David 34e. « J'ai fait un bon effort, j'avais les bonnes jambes mais j'aurais préféré une épreuve un peu plus longue, 20 à 30 kilomètres au lieu de 10,2 km » reconnaît le Québécois qui cependant n'a pas encore dit son dernier mot. En effet, « le classement général n'est pas dans le béton » et, de retour sur les routes françaises, l'équipe Kelly Benefit va maintenant viser les victoires d'étape.

Et comme les coureurs dirigés par Jonas Carney ne sont certainement pas dans « le radar » des armadas européennes, un bon coup pourrait être favorable au récent vainqueur de la Calabogie Classic.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?