Cette fois Guillaume Boivin aligne Keukeleire !

Daniel FERTIN

Le peloton se déplace un peu vers le sud de la Bretagne mais malheureusement la pluie, comme hier, fait son apparition de temps à autre. Le maillot jaune est porté par Jean-Luc Delpech mais va-t-il pouvoir défendre son bien avec une équipe à effectif très restreint après l'abandon programmé de Johan Le Bon ? Fukushima porte le maillot des grimpeurs avec très peu d'avance sur son premier poursuivant, quant au vainqueur d'hier Maxime Renault il porte le maillot de premier Breton. Guillaume Boivin ne figure pas dans ce classement, pourtant le premier Boivin à être arrivé dans la Belle Province était parti, comme beaucoup, de Bretagne !

En parlant de Québec, Darren Lapthorne le vainqueur anglais de l'étape de Thetford Mines (courue en partie sous la pluie) du Tour de Beauce 2009, est parti à l'attaque, il est suivi par Hyeong Min Choe (Geuman Ginseng) mais quand le duo est rejoint par un contre de 3, avec le Cofidis du jour, on sait que l'échappée est mal partie.

Cependant, 47 km sont effectués dans la première heure.

A un peu plus de 100 km de la ligne un groupe de 7 s'en va, il y a là Tristan Valentin (Cofidis), Gwenaël Simon (BIC 2000), Warren Barguil (AC Lanester 56), Dan Craven (Rapha Condor), Philip Lavery (An Post), Walter Fernando Pedraza (Tableware), Nicky Cocquyt (Qin). Pas le temps de jeter un regard sur le parc animalier de Pont Scorff, le peloton roule à la vitesse du jaguar.

Derrière les Spidertech, comme ils l'avaient dit hier, ne veulent pas faire le travail seuls. De plus, Guillaume a été pénalisé de 10 secondes pour rétropoussette alors que beaucoup d'autres ont effectué la même manœuvre sans aucune sanction de la part des commissaires.

Quand le peloton passe sur la ligne et qu'il reste 8 tours de 10,3 km rien n'est joué car l'avance des fuyards n'est plus que de 40 secondes et, comme chaque jour, il y a une bosse à chaque passage. A 70 km de la ligne les jaguars ont mangé leurs proies. Aussi vite le Brestois Laurent Le Gac (frère du récent Champion du monde junior) et Erwan Brenterch, le Breton de Provence, prennent la poudre d'escampette, derrière Guillaume Blot (Cofidis) possède 50 secondes d'avance sur deux autres Bretons Guillaume Blot (Cofidis) et Nicolas David (Côtes d'Armor). La mi-août en Bretagne ou la mi-août des Bretons ? Pas encore sûr car 5 hommes reviennent Stian Remme (Joker), Mathieu Cloarec (UC Briochine), Pieter Ghyllebert (An Post-Sean), Clément Mahé (Côtes d'Armor), Vincent Ragot (AC Lanester 56) alors qu'un contre de 8 coureurs emmené par Francois Parisien n'est pas loin. Le Repentignois de Bromont est rusé, il a su attendre pour ne pas effectuer d'efforts inutiles. Josée Larocque l'avait dit à l'issue de la première étape, « il va attendre ».

François a certainement des supporters sur le bord de la route car il a évolué en 2002 pour un club du Morbihan le Véloce-Club de Pontivy, son premier club en France. Dans le contre de François Parisien on retrouve tous ceux qui ont marqué les premiers jours de l'épreuve.

A 35 km de l'arrivée le groupe « Parisien » est revenu sur les échappées, ils sont 27 devant avec 40 secondes d'avance sur un groupe de contre d'une dizaine de coureurs. Cinq kilomètres plus loin le contre est revenu, les voilà à 37 devant un peloton plus très loin.

Un groupe trop important ne s'entend généralement pas. Les Spidertech ont décidé de rouler pour jouer le sprint final. La jonction se fait à 25 km. Mieux même, un coureur sur un vélo Argon attaque, dommage pour lui radio tour n'a pas le temps de l'annoncer que tout est encore de nouveau regroupé, un sprint massif est prévisible à 15 km du fil.

La vitesse est élevée dans les derniers 10 kilomètres, pas étonnant donc de retrouver des habitués du sprint devant : les Spidertech et les Rapha Condor. Toutefois les Cofidis n'ont pas dit leur dernier mot et dans ce domaine ils possèdent une référence en la personne de Keukeleire qui en est déjà à 4 bouquets pour sa première saison chez les rémunérés. Julien Fouchard lui emmène le sprint, Jegou est là aussi pour le maillot jaune mais Guillaume Boivin ne se loupe pas sur sa forme actuelle il remporte un second bouquet en deux jours. Il vient d'égaler son manager (voir notre article d'hier), va-t-il le dépasser demain pour la dernière étape ?

Après Greipel dimanche, Keikeleire ce jour, à qui le tour ?


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?