Gary Longhi


Gary Longhi, premier cycliste québécois à prendre part aux Jeux paralympiques, a été intronisé
au Temple de la renommée du cyclisme québécois le 7 novembre 2004 à titre d'athlète.
Messieurs Magella Tremblay et Pierre Blanchard ont fait la présentation.
photo : Guy Maguire

Natif de Montréal, Gary Longhi a vu sa vie basculer le 11 août 1983, à l’âge de 19 ans, lorsque victime d’un accident de motocyclette il sombre dans le coma pour une durée de 3 mois. Après un long processus de réhabilitation, cet Italien d’origine entreprend le cyclisme en 1986 lors d’un voyage à Cuba, pour courir après les Cubaines ! Et décide par la suite de s’adonner à la compétition cycliste.

À Séoul en 1988, il devient le premier cycliste québécois à prendre part aux Jeux paralympiques, où il obtient une 4e et une 6e place. Lors des Jeux de Barcelone, il décroche sa première médaille paralympique, obtenant l’argent dans le 5 km contre-la-montre. Ses meilleures performances, il les connaîtra toutefois en 1996, à Atlanta, où il remporte le titre paralympique au contre-la-montre en plus du bronze lors de la course sur route. À sa 4e présence aux Jeux paralympiques, à Sydney en 2000, il doit se contenter de la 9e place en raison de problèmes respiratoires. Ses ennuis persistants le contraindront à prendre sa retraite à la fin de 2001.


photo : Fédération québécoise des sports cyclistes

Ce qui distingue Gary Longhi de tout autre athlète, olympien et paralympien, c’est son sens de l’humour unique, jumelé à sa grande jovialité et sa gentillesse. Il n’est donc pas étonnant que son passage soit remarqué et apprécié de tous. C’est également sans surprise que cet athlète a été honoré de différentes façons au cours de sa carrière, recevant notamment le « prix de l’esprit sportif » lors des Jeux canadiens Forester en 1991, en plus d’avoir été choisi comme porteur du drapeau pour la cérémonie d’ouverture lors des Jeux paralympiques de Sydney en 2000. En 2003, il recevait également la médaille commémorative du jubilé de sa majesté, Elisabeth II, marquant le 50e anniversaire de son ascension au trône, médaille remise aux Canadiens ayant apporté une contribution significative dans leur domaine.

Même si sa carrière est terminée, Gary n’hésite pas à monter sur son vélo à l’occasion pour faire la promotion du cyclisme handisport, en plus de siéger au Comité handisport de la FQSC. Finalement, lors des Jeux paralympiques d’Athènes, il a troqué son vélo pour agir comme agent de service aux athlètes, où une fois de plus sa présence fut appréciée et remarquée de tous.

Source : Fédération québécoise des sports cyclistes



nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive
également susceptible de vous intéresser :

veloptimum.net