Utah - octobre 2011
Utah
octobre 2011

Bonjour à tous!

Voici la suite de mes aventures avec un peu de retard... En fait, depuis mon dernier récit, je cours tellement que le temps se fait rare. Je veux dire, je cours vraiment beaucoup!

En avril, je me suis rendue compte que j'allais devenir vieille en octobre 2011. En regardant le calendrier des courses en Ontario, je me suis aperçue qu'il y avait un ultra-marathon de 50km offert le jour de ma fête en octobre. Je me suis dit que si je suis capable de courir cette distance le jour de ma fête, ce sera la preuve que je ne suis pas si vieille que ça. Il y avait un autre 50km offert au mois de mai et je me suis dit que je devrais peut-être l'essayer une fois avant ma fête. Comme ça, si je me plante royalement, j'aurais le temps de m'ajuster pendant l'été. Ainsi, je me pointe au mois de mai à mon premier ultra-marathon en trouvant ça très drôle, n'ayant jamais couru de marathon de ma vie. Je m'attendais à un échec garanti. Je pars avec de la musique sur les oreilles et je cours ! Je trouvais ça plutôt facile. J'ai franchi le fil d'arrivée et tout le monde applaudissait. Je trouvais que c'était un bon public ! J'étais couverte de boue et j'ai décidé de retourner immédiatement chez moi pour prendre un douche. C'est une fois rendue chez moi que je m'assois devant l'ordinateur pour regarder mon classement. Je me suis classée 3e femme au total et j'ai gagné une plaque et de l'argent! Il a fallu que je retourne à la course pour aller les chercher!

Je me suis donc dit que 50km, c'était trop facile et que je devais faire quelque chose de plus dur pour le jour de ma fête. Et tant qu'a y être, pourquoi pas ne pas partir en voyage pour célébrer la fin de ma décennie ! J'ai ainsi trouvé une course de 80 et 160km à Moab, au Utah. Je me suis inscrite en me disant que j'allais voir ma progression de course pendant l'été et que j'allais décider de la distance à la dernière minute. En août, j'ai couru un 100km et ça ne s'était pas super bien passé... il faisait chaud, humide, je ne pouvais pas manger, mais j'avais quand même complété la distance. En septembre, j'ai fait une course de 80km et on dirait que c'était une bonne journée pour moi car je me suis classée 2e, me qualifiant ainsi pour une course hyper réputée aux States. Ça m'a donné un brin de confiance et je me suis dit GO pour le 160km au Utah ! Oh la la... je ne savais pas dans quoi je m'embarquais ! L'aventure commence :)

Je suis arrivée à Salt Lake City en pleine tempête de neige. Un 6 octobre, c'est un peu tôt. Je me rends à Moad, qui est à 4hrs de route. Donc je quittais les montagnes pour me rendre dans le désert avec les canyons. Super belle route ! La course de 160km était supposée être une grande boucle et il était possible de laisser 7 sacs avec effets personnels durant le trajet. Je devais ainsi calculer à quelle heure j'allais être à quelle distance versus à quelle heure j'allais avoir besoin de mes lampes de poches pour pouvoir courir seule dans la nuit. La journée avant la course, le directeur de la course nous annonce qu'à cause du mauvais temps de la semaine (il a plu à cio avant mon arrivée), une section de 10km s'était transformée en sable mouvant (!). Pour la sécurité des coureurs, il devait réviser tout le trajet. Au lieu de faire une boucle de 160km, donc première partie facile et deuxième partie très difficile, j'allais faire 2 boucles difficiles de 80km. Ouch, ça allait être 2 fois plus dur que prévu. Aussi, il a fallu que je réorganise tous mes sacs à la dernière minute.

Le lendemain matin, je me présente prête à courir pendant au moins 26 heures. On part dans la pluie, il faisait froid. La pluie a duré au moins 4 heures. Le trajet était indiqué par des drapeaux roses avec une bande argentée lumineuse pour la nuit. Une grande section de la boucle (18km) était sur des "SlickRock", donc des gros gros rochers avec des fissures et des falaises. Je commence la section pour me rendre compte qu'il n'y avait pas d'indication, pas de drapeaux roses. Il y avait des taches de peinture blanches sur les rochers pour indiquer le sentier aux randonneurs, mais il n'y en avait pas tant que ça et elles étaient difficile à trouver. Je me suis mise en équipe avec 2 autres coureurs pour trouver le chemin ! Moi j'allais à droite, l'autre à gauche, l'autre tout droit et le premier qui trouvait de la peinture blanche criait à tue-tête! On s'est tellement perdus souvent, c'était ridicule. Et on était en plein jour. Imaginez pendant la nuit ! Avec les fissures et les falaises, c'était un suicide. A la fin de cette section, les bénévoles m'ont dit que tous les coureurs se plaignaient de cette section et trouvaient que c'était trop dangereux. Alors, le directeur de la course a décidé de changer le trajet, ENCORE ! Le plan était de compléter la première boucle et ensuite, c'était une surprise pour tout le monde. Je n'avais aucune idée à quels endroits mes sacs allaient être.

Rendue à 80km, je regarde les bénévoles et demande où aller ? Voici la réponse que j'ai reçue : "Eh bien, on ne le sait pas trop. Le parcours ne cesse de changer. Continue à courir et tourne à droite. Oh non, peut-être que c'est à gauche. Ou peut-être tout droit. En fait, on ne le sait pas vraiment. Continue et on espère pour toi que ce soit indiqué !"... Euh... pardon ! À 19h30, j'étais rendue à 90km. C'est en fait un très bon temps, étant donné que je ne cessais de me perdre. Il faisait complètement noir, la température a baissé à 0C, plus le vent. Et la nuit ne faisait que commencer. Je me change pour du linge sec, je rajoute des épaisseurs, mais je n'étais pas prête pour 0C. C'était beaucoup plus froid que prévu. J'avais les lèvres bleues, les ongles bleus, je tremblais de froid. J'avais vraiment vraiment vraiment froid. À chaque fois que je posais la question où aller, personne ne connaissait la réponse. Je me suis dit que si je me perds ou que je tombe et que je me blesse, personne ne va venir à mon secours car personne ne va savoir où je vais être ! Avec cette organisation broche à foin, tout le monde était perdu et on avait aucune idée où aller. Autant je voulais courir 160km pour mon anniversaire, je ne voulais pas mourir avant ma fête, dans le désert, d'hypothermie ! Je n'avais pas confiance dans l'organisation de la course et je ne me sentais pas en sécurité. J'ai ainsi abandonné à 90km ! Un peu décevant pour une première expérience, mais la sécurité en premier.

J'y suis retournée le lendemain pour aller chercher mes sacs et j'ai discuté avec le directeur de la course. C'était la première année que la course avait lieu, donc c'est presque normal que l'organisation n'était pas super. Il n'a pas voulu me rembourser le coût d'inscription de la course mais m'a invitée gratuitement pour l'année suivante. Ma première réaction intérieure a été "Ben voyons, si tu penses que ça me tente de revenir!" Ça, c'était au début de mes vacances. Mon opinion a pas mal changé à la fin de mes vacances !

Donc, après avoir couru 90km, j'ai pris une petite journée de congé. Mais juste une, car ça n'a pas pris de temps pour que je visite le Arches National Park ! C'était le parc parfait à visiter après la course car les randonnées sont très courtes et, ce qui est plaisant, c'est de conduire pour admirer les belles arches naturelles. C'est vraiment impressionnant de voir toutes ces arches, mais quand tu vois des autobus remplis de touristes de 300 livres qui descendent avec leur sacs de chips et de coca, ça enlève un peu de charme. Donc, après une journée, je n'avais pas tout vu mais j'en avais eu assez. Prochain parc, Canyonlands !

Vous connaissez le film 127 hours ? Le film est sorti en janvier de cette année et est basé sur une histoire vraie. Un mec du Colorado part en voyage de vélo de montagne a Canyonlands. En descendant un canyon, un roche lui tombe sur le bras et il reste pris. Il n'avait qu'un demi litre d'eau. Ça lui a pris 127 heures pour réaliser qu'il devait couper son bras pour pouvoir sortir du canyon et survivre. Finalement, il a été secouru, il est toujours vivant mais il lui manque un bras. Et bien, en visitant Canyonlands, je suis tombée en amour avec ! Et j'ai toujours mes 2 jambes et mes 2 bras. Ce parc est immense immense immense. Il y a plein de randonnées et tous les paysages sont différents. Aussi, il ne faut pas être trop gros pour se balader là. Souvent, je devais me faufiler entre d'énormes canyons et il fallait être mince, sinon on reste coincé. Moi je passais toujours le test, mais mon sac à dos avait des fois de la misère. C'était superbe. À ma troisième journée dans le parc, j'ai rencontré un couple de Français. Ils m'ont dit avoir fait un voyage extraordinaire au début de l'année à... Chicoutimi ! J'ai trouvé ça drôle. En plein mois de janvier ! Ils ne cessaient de parler de leurs tours en traîneau à chiens. Pendant ma première semaine, je restais à Moab. C'est vraiment un village le fun, selon les standards de l'Utah. Il y a plein de magasins de plein air, des restos, plein de crème glacée et gelato (ça, c'est très important après avoir parcouru 30km dans les canyons) et des bars. Tout se fait à pied des motels, donc ça se fait très bien! Il y a même un vrai bar à Moab ! Au Utah, c'est très difficile à trouver. C'est un état de Mormons et l'alcool est difficile à trouver. Même quand tu trouves un bar avec de la liqueur forte, ils ne mettent rien dans leurs drinks. Dans ma journée de repos, j'enfilais les Long Island Iced Tea sans aucun effet. Mais en me pointant dans le vrai bar après 30km de randonnée, apres 5 gorgées de Long Island Iced Tea, j'étais toute rouge et ma tête tournait ! C'était pas un drink ordinaire de l'Utah, c'était un vrai drink ! Aussi, l'atmosphère est super sympathique à Moab. C'est la capitale de vélo de montagne. Tout le monde passe la journée dehors à faire du sport, tout le monde sort pour souper et très tôt, tout le monde dort car on recommence le lendemain.

Après une semaine dans les environs, je me suis déplacée à l'ouest de l'Utah pour visiter Bryce National Park. C'était une longue route mais c'est un des parcs les plus connus aux Etats-Unis. Je savais que si je n'y allais pas durant ce voyage, je n'irais jamais car j'ai déjà vu tout ce qu'il y a autour. J'ai eu la mauvaise idée de m'y rendre en fin de journée quand le soleil se couchait. Oh la la que c'était dangereux ! Le soleil était tellement fort, j'étais complètement aveuglée, et je devais me balader entre les canyons et les falaises. C'était pas mal épeurant. Une fois rendue, j'ai passé le jour de ma fête à explorer Bryce. Super belle journée hyper ensoleillée. Je ne pouvais pas aller trop vite car Bryce est vraiment vraiment beau. Paysage unique et extraordinaire. On dirait plein de bâtons d'allumettes qui se tiennent debout. Malheureusement, pour mon souper de fête, le mieux que j'ai été capable de trouver était une bière a 3.2%. Ça, c'est typique de l'Utah!

Il y a un challenge au Canada qui s'appelle Walktober. Plusieurs compagnies s'y inscrivent et c'est celle ou les employés ont marché le plus en moyenne qui gagne. Je m'étais dit que mon voyage au Utah allait augmenter la moyenne de Manuvie. Avec ma dernière randonnée à Bryce, j'obtenais exactement 250km en 9 jours de voyage. Je commence à marcher et je m'enfonce profondément dans la forêt. Profond profond profond. Je vois des pancartes qui disent "Faites attention aux ours". Je commence à voir des piles, des traces de pattes sur le sentier... J'entendais des bruits dans les arbres. C'était peut-être juste le vent, peut-être des ours. J'étais toute seule. Je me suis dit au diable le 250km, c'est pas sécuritaire ici ! Je rebrousse chemin ! J'ai ainsi terminé mon périple avec un total de 247km en 9 jours. J'avais faim !

Ainsi, ma course ne s'est pas bien passée, mais le reste de mon voyage était très très agréable. Supers beaux paysages et très belles randonnées. J'ai vraiment aimé Canyonlands et j'ai juste eu le temps de faire trois petites randonnées dans cet immense parc. Aussi, Moab est juste à côté du Colorado et il y a plein de choses à voir dans cet état. Donc, avec une course gratuite l'année prochaine, c'est pas mal tentant d'y retourner ! En fait, il y a plein d'ultra-marathons d'offerts en Ontario et aux Etats-Unis. Je crois bien que je vais devoir me construire un calendrier de courses l'année prochaine et choisir lesquelles je veux faire.

Dans 4 semaines, je pars pour la Colombie, en Amérique du Sud. Je vais passer 2 belles semaines à me balader dans les montagnes. Étant donné que j'ai tellement fait de randonnée, je suis pas mal allée partout où je voulais aller. Ça devient de plus en plus difficile de me trouver des nouvelles destinations. En même temps, je viens de découvrir les ultra-marathons et maintenant ça me tente plus de voyager pour des courses que de la rando. La Colombie sera peut-être mon dernier voyage de randonnée avant longtemps.

J'envoie bientôt mes photos.

A la prochaine! Elise :)