Colombie

Buenos Dias !

Je viens de passer 2 belles semaines de vacances en Colombie, pays de la cocaïne et de la corruption, où j'ai passé mon temps à marcher dans les Andes.

C'était un voyage organisé avec un groupe d'Anglais et on passait tout notre temps ensemble. Je ne suis malheureusement pas tombée sous le charme d'un riche caïd de la drogue. C'était bien, on était seulement 10 clients dont 4 médecins, ce qui est bien réconfortant quand tu sais que tu vas passer tout ton temps au milieu de nulle part dans les montagnes complètement déconnecté de la civilisation.


À l´extrême droite, Graham, qui porte un manteau bleu royal avec une tuque, celui qui a monté l´Everest

Avant de partir dans les montagnes hautes de 4500m, on a fait quelques marches d'acclimatation. La première a vraiment donné le ton du voyage. Il faisait froid et il a plu du début à la fin, un beau gros 8 heures d'affilé. Les sentiers étaient inondés et pour la majorité de la marche, il fallait marcher les pieds dans l'eau ou carrément dans la boue. On avait toujours de l'eau jusqu'aux chevilles. Toutes nos bottes de randonnée sont "waterproof"... mais jusqu'à une certaine limite! Elles vont te garder au chaud avec un peu de pluie, mais l'eau finit par entrer lorsque tu marches dans un lac. Les roches étaient pas mal glissantes et on s'est tous retrouvé sur le derrière plus d'une fois! C'est dans des moments comme celui-là que j'aimerais des fois avoir plus d'enrobage sur mon derrière pour amortir les chutes! À partir de cette journée là nos pieds étaient mouillés et sont restés mouillés jusqu'à notre retour dans nos pays respectifs! La première journée était un peu décourageante à cause de la météo, on essayait d'être positif en se disant que la température allait s'améliorer... mais non, ça a été de la pluie du début à la fin! Le guide et les porteurs marchaient avec des bottes de pluie et c'est vraiment ce qu'on aurait dû utiliser à la place de bottes de hiking.

La route pour se rendre dans les montagnes était périlleuse! Une nuit, il a tellement plu qu'il y a eu un glissement de terrain et il était impossible d'emprunter la seule rue qui se rend dans les montagnes. Il a fallu attendre le bulldozer pour qu'il déplace la boue pour dégager la route, et ce à plusieurs reprises! On était supposés faire 1h20 de route un matin et avec tous ces glissements de terrain ça nous a pris 4h! La route était aussi pas mal étroite à certains endroits juste au bord d'une ÉNORME falaise. Dans un virage, j'ai vraiment eu peur qu'on tombe de la falaise! On a fini par se rendre sain et sauf.

Un aspect du voyage qui était chouette était la nourriture. Elle n'était pas exquise mais elle était sécuritaire. Personne n'est tombé malade et on mangeait n'importe quoi. Être végétarien en Colombie doit être pas mal pénible - c'était de la viande et des oeufs sans arrêt! Les fruits sont délicieux, énormes et juteux. J'ai aussi vu les plus gros avocats de ma vie: gros comme des ballons de football et je n'exagère pas, ils étaient énormes. J'ai aussi eu bien du plaisir à essayer de converser avec les Écossais. Il y en avait un qui me parlait de Spiiiiin, je croyais qu'il voulait parler de spinning (le sport) mais ça ne marchait pas avec le contexte. Après la quatrième fois que je lui ai demande de répéter, il me dit: "Spiiiiin, the country right next to France". Ah! SpAin! Les Écossais ne prononcent pas leur A, c'est comme ça. Ce qui était bien c'était que tous les clients avaient de l'expérience, donc tout le monde avait une bonne attitude et tous les Anglais/Écossais étaient bien patients avec moi. J'ai aussi appris qu'en Angleterre, "the only thing you rent is an appartment/flat, you hire anything else". Ma partenaire de chambre ne cessait de dire "I hired those boots for the trip", j'ai pas compris tout de suite. Il y avait aussi un client qui a monté l'Éverest jusqu'au sommet et qui a grimpé le Mont McKinley. C'était super de l'entendre raconter son expérience. À l'Everest, un client dans son groupe est mort devant sa tente et à chaque fois qu'il devait sortir pour aller aux toilettes, il devait enjamber le corps. Un autre coéquipier a perdu la vision pour 3 jours après s'être rendu au sommet. Sa dernière étape pour se rendre au sommet n'était qu'une ascension de 500m, mais ça lui a pris 24hrs à le faire! Son expédition a duré 2.5 mois et a son retour en Angleterre sa femme ne l'a pas reconnu tellement il avait perdu du poids. Sa prochaine expédition sera de traverser l'Antarctique. Dire qu'il y en qui trouvent que je suis aventurière.... je ne lui arrive pas à la cheville!

Après 3 marches d'acclimatation, on était prêt à partir. La beauté d'avoir couru 5 ultra-marathons cette année (50km x 2, 100km, 80km et 90km) est que la dernière chose que ça me tentait de faire en Colombie était de courir. Je grimpais les montagnes à une vitesse très relax ce qui était en fait parfait pour m'acclimater à l'altitude. J'ai eu des petits mots de tête, mais rien de majeur. Étant donné les effets secondaires terribles du diamox,

(Note du webmestre : le Diamox est un diurétique favorisant l’élimination urinaire des ions bicarbonates fabriqués en grande quantité par l’organisme lors du séjour en altitude et responsables du mal aigu des montagnes et de ses complications. Ce médicament améliore incontestablement l’acclimatation. Mais contrairement à ce qu'on peut lire sur un certain site Internet à l'effet que c'est un diurétique faible, Elise me précise : « Ce n'est pas FAIBLE, c'est un diurétique TERRIBLE !!! En prenant une pilule de Diamox, l'urgence d'aller faire pipi à toutes les 10 minutes est INSUPPORTABLE! Tu y vas une fois et 10 minutes plus tard, tu dois y retourner pour décharger l'océan Atlantique au complet. C'est vraiment désagréable, j'essaie vraiment de me tenir loin de ces pilules ! »)

j'essayais de mettre toutes les chances de mon côté pour ne pas avoir à en prendre. La première journée était la seule avec du soleil. L'endroit où on couchait était magnifique: seuls au monde au bord d'un lac entouré de montagnes. La deuxième journée était la plus longue et nous montions jusqu'à 4600m. C'était superbe mais une fois rendus en haut le déluge a commencé et n'a pas arrêté une seconde pour une journée et demie. L'équipe de porteurs a monté le campement en dessous d'un gros rocher. Il pleuvait, il pleuvait, il pleuvait. Un trou s'est formé dans une tente et elle s'est faite inonder. Ainsi il y a des porteurs qui se sont installés en dessous du rocher sans tente et ont passé la nuit. Le lendemain matin ils avaient un beau sourire et étaient de bonne humeur. Ça ce sont les Colombiens. Rien ne les dérange, ils sont super généreux et chaleureux. Le troisième journée était pénible, pénible. Il faisait 3C et c'était le déluge. Pas de moment de répit. Nous avons marché 6 heures, dans la boue, dans l'eau et on était trempés comme des lavettes. Encore un fois, notre linge est waterproof, mais en dessous d'un déluge, tu te retrouves complètement trempé. On était tous gelés. À un moment donné, ça s'est transformé en grêle et ensuite en tempête de neige.

La moitié des porteurs étaient rendus au campement avant nous mais ne pouvaient monter les tentes car le mauvais temps était trop violent. L'autre moitié était pris dans les montagnes et s'est probablement cachée en dessous d'une roche. Mes affaires étaient dans cette moitié de porteurs qui était temporairement porté disparue. Quand la météo s'est légèrement calmée, l'équipe a monté les tentes et tout le monde s'est réfugié dans son sleeping bag. Mais moi et 2 autres clients on ne pouvait pas car nos sleeping bags n'étaient pas encore arrivés! J'étais bleu/mauve de froid, je ne sentais plus mes pieds. Tout était mouillé. Une des médecins avait des gants secs. Des fois, il faut ce qu'il faut pour rester au chaud et j'attache une photo de ce que j'avais l'air. Je le sais, c'est très sexy.

C'était bien dommage d'avoir toute cette pluie parce qu'on pouvait tous constater que c'était un paysage magnifique mais on ne pouvait rien voir à cause des nuages. Après le gros déluge, on avait parfois des moments de répit et on avait une période de 5 minutes pour prendre des photos. Il ne fallait pas la manquer! Même si tout le monde avait une bonne attitude, la pluie devenait un peu pesante. J'essayais tant bien que mal de garder mes mains propres, mais mes lacets de bottes étaient couverts de boue. Quand je mettais mes bottes je me retrouvais avec des mains noires couvertes de boue. À chaque nuit de camping, il y avait un cours d'eau pour se laver, mais quand il fait 3C et que tu es déjà tout trempé, la dernière chose que tu veux faire est de te jeter dans la rivière pour te laver! Ma philosophie était "si les baby wipes sont bonnes pour les bébés, elles sont aussi bonnes pour moi!" Avant mon départ, j'avais acheté un sac de couchage pour -12C et j'étais tellement contente de mon achat. Mon sleeping bag était définitivement mon meilleur ami pendant cette randonnée, il m'attendait à tous les soirs pour me garder au chaud! Dès que la marche de la journée était complétée, je m'écrasais dans ma tente et je lisais des livres. J'en ai lu cinq! Même s'il pleuvait beaucoup, il n'y a rien qui peut gâcher un deux semaines sans Internet, sans téléphone et sans travail. J'ai adoré être déconnectée de la réalité pendant 2 semaines.

La dernière journée de la randonnée était une journée optionnelle. On pouvait monter un sommet de 5100m et nous avions besoin de crampons. Il fallait commencer à marcher à 4am, donc se lever à 3:15am du matin. La montée était brutale. Après avoir passé 10 jours à avoir les pieds mouillés, à marcher dans la boue et à être gelée, j'en avais ma claque et j'ai décidé de rester couchée cette journée-là et de lire mon livre à la place. Tout le monde me disait que j'allais le regretter mais j'ai décidé de faire à ma tête. À leur retour, j'étais curieuse d'entendre comment ça s'était passé. Ça leur a pris 10hrs. Pendant tout le temps qu'ils ont monté, donc 6 heures, ils ont marché dans le déluge. Il paraît que c'était vraiment vraiment pénible. Ils se sont rendus au sommet mais il paraît que c'était super dangereux étant donne qu'il n'y avait aucune visibilité. Plusieurs ont eu peur. En redescendant, booom! Tous les nuages sont partis et ils ont pu admirer le paysage. Les Anglais m'ont tous dit: "Elise, c'était magnifique, au sommet, nous avons vu de la NEIGE!" Ah ben j'ai pas été capable de me retenir. J'ai éclaté de rire et j'ai répondu: "En janvier prochain, je vais sortir sur mon balcon, je vais prendre une photo et elle sera identique à celle que tu me montres en ce moment!" Aie... de la neige... quand tu viens du Canada, il en faut un peu plus que ça pour impressionner! J'étais pas mal contente de ma décision et j'étais bien contente d'avoir passe ma journée avec mon meilleur ami, Monsieur Sleeping Bag :)

Enfin, même s'il pleuvait, j'ai bien aimé mon voyage. Mon guide était un Français de Toulouse et était très sympathique. Notre guide Colombien était un vrai colosse. Lorsqu'il nous aidait à traverser les rivières, il nous agrippait, nous tirait et on revolait sur nos pieds! Il était fort! J'ai même fait une tentative pour transporter un de leur sac. Le sac pesait 30kg et était accoté sur une roche à 45 degrés. J'ai mis les bretelles du sac sur mon dos et le colosse me tirait par les mains pour que je puisse me tenir sur mes jambes à 90 degrés. C'était tellement lourd, j'ai fini par crier pour qu'il me remettre sur la roche. Je n'ai jamais été capable de me mettre debout. Et je me suis faite dire que ce sac n'est pas pesant parce que d'habitude, c'est 35kg.


À gauche, Flaco, le colosse de guide colombien. Au centre Mathias Nouviale, le guide Français de Toulouse.

J'ai aussi beaucoup appris sur la cocaïne! Avec toute cette pluie, c'est l'endroit idéal pour faire pousser cette drogue. Pour pouvoir exporter tout ça, c'est le paradis de la corruption. Cinq camions plein vont passer la douane et les policiers vont en arrêter un pour rapporter aux journalistes qu'ils font leur travail. Ensuite, il retourne le truck au fournisseur pour un peu d'argent. Il y a aussi plein plein d'argent liquide caché un peu partout et mon guide connaît plein de monde qui découvre des jackpots. Étant donné que le gouvernement est hyper corrompu, personne n'a confiance et à chaque fois qu'une personne locale trouve un jackpot, il l'empoche et fait vivre son village avec.

La journée qu'on a quitté les montagnes, il faisait un beau gros soleil! Que c'était frustant! Une fois rendus à Bogota, nous sommes sortis dans un bar local. Les Colombiens ont le sang chaud, ils sont des supers chanteurs et danseurs. Shakira vient d'ailleurs de Colombie.


Un verre en compagnie de Jayne Spencer et de Graham Blackmun, informaticien,
qui a grimpé l´Everest en 2007, maintenant ami facebook d´Elise, tout comme Jayne.

À cause de la drogue et de la corruption, peu de touristes visitent la Colombie. Ce n'est vraiment pas touristique. Je voulais acheter des souvenirs mais je n'ai RIEN trouvé, pas même une carte postale! Le retour a été un peu pénible. Je suis passée de 4500m à 0m d'altitude et ouf! Ce fut un peu drastique. J'étais tellement fatiguée... À mon retour, j'allais me coucher à 7pm le soir et me levait à 7:30am le lendemain matin. Ça a été comme ça pendant une semaine. Et la Colombie a la même heure que nous, donc aucun décalage horaire. Donc pendant mes 2 semaines de vacances et la semaine qui a suivi, j'ai dormi comme un bébé. Ah, ça fait du bien!

Je vais envoyer mes photos, mais avec toute cette pluie, je n'en ai pas tant que ça. Je profite du temps des Fêtes pour planifier mes aventures de 2012.

Joyeuses Fêtes à tous !

Elise :)

Graham Blackmun
Clare Fogg
Elise Maguire
Debbie Morgan
Graham Robinson
Stephen Rothery
Geoff Shillam
Jayne Spencer
David Syme
Steve Ward
Mathias Nouviale, guide